Dorothée 64 ans, vit avec sa mère de 92 ans depuis quatre ans dans la maison familiale de Bellechasse. La vieille dame amaigrie se porte de plus en plus mal sur ses jambes et manifeste des symptômes de désordre digestif. Depuis six mois, Dorothée part toutes les fins de semaine à l’extérieur. C’est une condition essentielle à la poursuite de sa mission, condition qu’elle a apprise après avoir traversé une période de dépression. Le samedi, une préposée au répit de la coopérative de services prend la relève auprès de sa mère, et le dimanche, la relève est assurée par sa belle-sœur. Au début, la mère de Dorothée résistait au départ de sa fille par une forme de chantage affectif. «Je sais que je suis de trop. Ça va être une bonne chose pour toi quand je serai plus là.» Mais après quelques mois, elle s’est véritablement prise d’affection pour la préposée qui le lui rend bien. Elle attend désormais sa venue avec plaisir.

Dorothée G.,